Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Vitamine D et démence : pas d'effet protecteur chez les personnes très âgées

  • Source : Jean Hamann, ULaval nouvelles, 20 février 2020
  • Recherche, Département de médecine sociale et préventive, Département de biologie moléculaire, biochimie médicale et pathologie, Département d'ophtalmologie et ORL - chirurgie cervico-faciale

Des chercheurs ajoutent une nouvelle preuve au dossier, mais le fin mot de l'histoire reste à écrire

Il existe plusieurs bonnes raisons d’avoir un apport suffisant en vitamine D, mais la prévention de la démence n’en ferait pas partie, du moins pas chez les personnes très âgées. C’est ce que suggère une étude publiée par une équipe de l’Université Laval dans le Canadian Journal of Public Health.

Les chercheurs ont suivi pendant plusieurs années un groupe de 661 personnes qui, au moment du recrutement, étaient âgées, en moyenne, de 81 ans et qui étaient exemptes de démence. Ils ont mesuré la concentration sanguine de vitamine D chez ces sujets lors de la rencontre initiale ainsi que 5 ans et 10 ans plus tard. À chaque occasion, ils ont aussi évalué les fonctions cognitives des participants à l’aide d’un outil éprouvé, le Modified Mini-Mental State Examination.

Au cours de la période de suivi, 141 personnes ont développé une forme de démence. Chez 100 d’entre elles, il s’agissait d’alzheimer. Les chercheurs n’ont toutefois trouvé aucune association entre la concentration sanguine de vitamine D et le risque de déclin cognitif, de démence ou d’alzheimer.

Lire la nouvelle complète sur ULaval nouvelles