Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Un vaccin du futur contre la COVID-19

Denis Leclerc, professeur à la Faculté de médecine et chercheur au Centre de recherche du CHU de Québec – Université Laval

Et si la transformation d’un virus qui affecte la papaye pouvait nous prémunir contre le coronavirus et contre plusieurs autres maladies infectieuses?

Il y a beaucoup de fébrilité en ce moment dans le laboratoire de Denis Leclerc, professeur titulaire au Département de microbiologie-infectiologie et d’immunologie à la Faculté de médecine et chercheur au Centre de recherche du CHU de Québec – Université Laval. Lui et sa petite équipe, ils sont cinq en tout, sont à pied d’œuvre afin de mettre au point un vaccin qui pourra agir non seulement contre le virus responsable de la COVID-19, mais contre plusieurs types d’infections apparentées. Leur approche : un vaccin formé de deux composantes dont l’une s’appuie sur le pouvoir inusité d’un virus qui affecte la papaye.

Une technologie éprouvée

« On s’en va vers la vaccination du futur », lance Denis Leclerc.

Le chercheur a reçu plus de plus de 700 000 $ des Instituts de recherche en santé du Canada pour concevoir son projet de vaccin, dont le premier élément consiste en une technologie qu’il a perfectionnée avec son équipe. Depuis quelques années, ils utilisent un virus végétal, le virus de la mosaïque de la papaye (papMV), pour créer des vaccins humains en version améliorée. Comment?

« Les protéines du virus de la papMV sont inoffensives pour nous, mais notre système les identifie tout de même comme étant étrangères. Cette alarme provoque une réaction immunitaire innée et très forte pour nous protéger », explique le professeur Leclerc.

Lire la nouvelle complète sur ULaval nouvelles