Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Semer la passion pour la recherche chez les étudiants et les étudiantes

Des bourses philanthropiques pour explorer le monde de la recherche en santé

Cet été, plus de 40 étudiants et étudiantes des programmes de premier cycle de la Faculté de médecine ont eu la chance d’obtenir une bourse afin d’effectuer un stage en recherche. Ces bourses de 4 250 $ chacune sont possibles grâce à la grande générosité de nos donateurs et donatrices qui choisissent de contribuer à la formation de notre relève en santé. Interrogés sur leur expérience et l’impact qu’a eu cette bourse sur leur parcours universitaire, voici ce que des stagiaires avaient à dire :

Aymeric AverlantAymeric Averlant
Étudiant au continuum baccalauréat-maîtrise en physiothérapie
Lieu du stage : Centre de recherche du CHU de Québec – Université Laval, axe Neurosciences avec Cyril Schneider
Projet : Effets de la combinaison de neurostimulation centrale et périphérique pour le soulagement des symptômes liés à la fibromyalgie

 

Alexandre BergeronAlexandre Bergeron
Étudiant au doctorat en médecine
Lieu du stage : Centre de recherche du CHU de Québec - Université Laval, axe Santé des populations et pratiques optimales en santé (SPPOS) avec Alexis Turgeon
Projet : Revue systématique et méta-analyse portant sur les résultats observés des traumatismes craniocérébraux graves dans les pays à faible revenu

 

Nathan BlanchardNathan Blanchard
Étudiant au doctorat en médecine
Lieu du stage : Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (CIRRIS) avec Kadija Perreault
Projet : Étude sur le vécu des personnes atteintes d’arthrite qui attendent pour des services en clinique de la douleur

 

Annabelle De Serres LafontaineAnnabelle De Serres Lafontaine
Étudiante au baccalauréat en ergothérapie
Lieu du stage : Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (CIRRIS) avec Krista Best et Sebvio Charles Batcho
Projet : Conception d’une trousse de formation en activités physiques adaptées (APA) destinée aux kinésiologues d’Adaptavie qui travaillent auprès d’une clientèle ayant des limitations fonctionnelles

 

Amélie DesgagnésAmélie Desgagnés
Étudiante au baccalauréat en physiothérapie
Lieu du stage : Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (CIRRIS) avec Hugo Massé-Alarie
Projet : Étude des effets de la modification des afférences vestibulaires sur le contrôle des muscles paravertébraux

 

Maxime KusikMaxime Kusik
Étudiant au baccalauréat en sciences biomédicales
Lieu du stage : Centre de recherche en organogénèse expérimentale de l’Université Laval / LOEX avec François Berthod
Projet : Corrélation in vitro du profil psoriasique de peaux reconstruites en fonction du score PASI des participants

 

Martine VoisineMartine Voisine
Étudiante au baccalauréat en sciences biomédicales
Lieu du stage : Centre de recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (CRIUCPQ) avec Marie-Annick Clavel
Projet : Étude sur les différences entre les sexes dans la physiopathologie, le diagnostic et le traitement des patients porteurs de maladies valvulaires cardiaques et en particulier de la sténose aortique

 

Que retenez-vous de votre expérience de stage?

« Ce stage m’a permis d’acquérir des compétences techniques et théoriques dans plusieurs domaines en plus de m’aider à travailler sur ma gestion du stress, du temps et des ressources. Il m’a permis de voir ce qu’est la réalité d’une chercheuse au quotidien. Il m’a aussi fait voir que malgré les imprévus et les expériences qui ne fonctionnent pas tout le temps, le domaine de la recherche est stimulant, il me passionne et je veux certainement y faire carrière. » — Martine Voisine, étudiante au baccalauréat en sciences biomédicales

« J’ai non seulement pu améliorer ma connaissance de la langue anglaise en côtoyant des anglophones, mais j’ai aussi pu accroître mes connaissances par rapport aux bases de données, aux rapports, aux articles scientifiques et autres! » — Annabelle de Serres Lafontaine, étudiante au baccalauréat en ergothérapie

« J’ai appris que la recherche repousse les frontières de la science, un défi à la fois. Il s’agit d’une résolution de problèmes sans fin qui permet de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons. Rien n’est plus motivant que de réaliser que nous participons à un projet si grand. » — Amélie Desgagné, étudiante au baccalauréat en physiothérapie

« Je retiens surtout l’importance d’accorder une voix aux patientes et aux patients afin qu’ils expriment leurs perceptions sur l’état actuel du système de la santé. En plus de connaître leur condition, ils offrent également des pistes de solutions très intéressantes. » — Nathan Blanchard, étudiant au doctorat en médecine

Est-ce que l’expérience vécue cet été vous a donné envie d’explorer la recherche comme choix de carrière? Pourquoi?

« Oui, car je réalise que l’impact que je peux avoir en tant que chercheur peut-être encore plus grand que mon impact en tant que clinicien. » — Alexandre Bergeron, étudiant au doctorat en médecine

« La recherche a toujours été au cœur de mes choix de carrière. Ce stage a permis de confirmer ma vocation et de préciser le domaine dans lequel je souhaite me spécialiser, soit la douleur chronique » — Aymeric Averlant, étudiant au continuum baccalauréat-maîtrise en physiothérapie

« Tout à fait, j’ai adoré l’ambiance de travail au sein de mon équipe de recherche. L’univers de la recherche est un monde stimulant et passionnant dans lequel j’aurai plaisir à évoluer tout au long de ma carrière. » — Maxime Kusik, étudiant au baccalauréat en sciences biomédicales

« Cette première expérience de recherche m’a permis de confirmer mon intérêt à réaliser une maîtrise scientifique après la maîtrise professionnelle en physiothérapie. Je souhaite faire une différence en continuant le projet de recherche sur lequel je travaillais cet été. Je considère présentement diviser mon temps entre la clinique et la recherche lorsque je terminerai mes études. Cette expérience est donc un point marquant dans mon cheminement. » — Amélie Desgagné, étudiante au baccalauréat en physiothérapie

Souhaiteriez-vous travailler à nouveau avec cette équipe de recherche ou avec ce chercheur ou cette chercheuse dans le futur? Pourquoi?

« J’aimerais beaucoup travailler à nouveau avec cette chercheuse et son équipe, puisqu’elles m’ont rapidement incluse et ont cru en mon potentiel même si je n’avais aucune expérience de recherche. L’atmosphère de travail était agréable et tous les membres de l’équipe m’ont fait confiance. » — Annabelle de Serres Lafontaine, étudiante au baccalauréat en ergothérapie

« Oui, l’équipe a favorisé mon apprentissage et m’a bien encadré. J’ai pu avoir une influence directe sur la prise en charge des patients aux prises avec des pathologies graves. Je poursuis donc avec une maîtrise en épidémiologie clinique au sein de ce laboratoire » — Alexandre Bergeron, étudiant au doctorat en médecine

« Je souhaiterais travailler à nouveau avec cette équipe, notamment à cause de l’ambiance générale et pour la liberté accordée à chaque étudiant pour ses choix de projet. Chaque idée était considérée par le chercheur, voire ajoutée au projet. Cette écoute permet selon moi de développer un esprit critique et une grande confiance en soi. » — Aymeric Averlant, étudiant au continuum baccalauréat-maîtrise en physiothérapie

« Avant de commencer mon premier stage avec eux, je me doutais que la recherche était un domaine pour moi. Cependant, dès que j’y ai mis les pieds, j’en suis tombée amoureuse et c’est avec certitude que je peux affirmer que je veux y faire carrière. » — Martine Voisine, étudiante au baccalauréat en sciences biomédicales

Concrètement, quels ont été les impacts du soutien financier de 4 250 $ qui vous a été attribué?

« Ce soutien financier a contribué à l’achat du matériel pour mon expérience lors de mon stage d’été, ce qui m’a permis de fournir des résultats de meilleure qualité et d’approfondir mes travaux de recherche pour ce projet. Il m’a aussi permis d’utiliser plus d’équipements de laboratoire, ce qui m’a amené à effectuer plus de tests sur mes échantillons. Cette expérience supplémentaire vient donc enrichir mon bagage de connaissances techniques qui me suivra tout au long de ma carrière en recherche. » — Maxime Kusik, étudiant au baccalauréat en sciences biomédicales

« Étant étudiant-athlète dans l’équipe du Rouge et Or en triathlon, je n’ai pas le temps d’occuper un emploi à temps partiel pendant les sessions scolaires. Cette bourse m’a donc permis de financer mes dépenses au quotidien ainsi que celles liées à mon sport. » — Nathan Blanchard, étudiant au doctorat médecine

« Cette bourse m’a permis de consacrer mon été entièrement à la recherche sans avoir eu à me soucier de mes finances. Elle va me permettre de payer mon année universitaire sans avoir eu l’impression de travailler puisque j’étais en apprentissage constant. » — Aymeric Averlant, étudiant au continuum baccalauréat-maîtrise en physiothérapie

« Le soutien financier m’a permis de confirmer mon intérêt pour une carrière en recherche et de développer de nouvelles compétences, notamment la résolution de problèmes, l’esprit critique, la communication entre membres de l’équipe et la programmation. Il m’a également permis de laisser mon emploi étudiant pour l’été afin de me consacrer à temps plein à ce qui me passionne : la recherche en physiothérapie. » — Amélie Desgagné, étudiante au baccalauréat en physiothérapie