Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Retour sur la Semaine de la responsabilité sociale 2021

  • Faculté, Responsabilité sociale

Des activités marquantes qui poussent à la réflexion et à une plus grande collaboration

Du 22 au 26 mars dernier se tenait la Semaine de la responsabilité sociale 2021 sur le thème « Plus fortes et plus forts ensemble ». Cette semaine thématique a été mise en place en 2019 à la suite d’une initiative de la Faculté de médecine de l’Université Laval. Cette année, les facultés de Pharmacie et de Sciences infirmières se sont jointes à l’organisation et les 3 principales activités ont eu lieu virtuellement.

Pleine conscience et compassion

Une professionnelle ou un professionnel de la santé socialement responsable prend soin des autres, mais également d’elle ou de lui. La conférence d’ouverture de la Semaine de la responsabilité sociale a attiré près de 100 membres de la communauté étudiante, du corps professoral et du personnel enseignant et administratif. Nancie Rouleau, professeure à l’École de psychologie de l’Université Laval et également associée de recherche au Département de psychiatrie à la Harvard Medical School, a présenté la conférence La pleine conscience et la compassion pour soi et pour l’autre en alliant adroitement les résultats de diverses recherches sur le sujet à des conseils pratiques. 

Elle a su bien nous renseigner sur les nuances importantes entre la pleine conscience et la relaxation, ainsi qu’entre l’empathie et la compassion. La conférencière a aussi mis en lumière les données montrant que les professionnels et professionnelles de la santé pouvaient réduire leur stress grâce à l’apprentissage de la pleine conscience et de la compassion. 

En outre, par un exercice et des exemples concrets, elle nous a invités à mettre en pratique la pleine conscience dans notre quotidien et à ne pas attendre « d’avoir le temps » pour profiter pleinement d’une vie plus équilibrée. 

« La conférence de Mme Rouleau m’a fait réaliser que je peux pratiquer la pleine conscience à différents moments de la journée, dans différents lieux et lors d’activités diverses. Il suffit d’être conscient de ce que nous sommes en train de faire dans le moment présent. Il s’agit d’une pratique qui peut très bien s’insérer au quotidien dans nos horaires chargés. » — Anne Dionne, doyenne de la Faculté en pharmacie 

 Sécurité des patients et patientes 

Selon l’Organisation mondiale de la santé, la culture de la sécurité des patients et patientes vise à réduire à un minimum acceptable le risque d’incidents et de préjudices associés aux soins de santé. Il s’agit d’une responsabilité collective qui fait appel à une culture d’amélioration continue de la qualité nécessitant ouverture, respect et partage. Cette seconde activité de la Semaine sur la sécurité des patientes et patients a réuni plus de 65 personnes. Nous avons d’abord pu mieux comprendre les enjeux de la culture de la sécurité des patients et patientes avec une présentation de Gabrielle Côté, néphrologue, diplômée de la Faculté de médecine de l’Université Laval et candidate à la maîtrise en amélioration de la qualité à l’Université de Toronto. 

Par la suite, le visionnement du film Falling Through the Cracks: Greg’s Story nous a permis de plonger dans un cas concret par le biais du récit de l’histoire tragique du décès de Greg Price. Ce film émouvant inspire une culture de sécurité des patientes et patients afin d’améliorer le système de santé et d’optimiser la trajectoire des soins de santé. Les échanges qui ont suivi avec la sœur et le père de Greg Price, Teri et Dave Price, ainsi qu’avec Gabrielle Côté et Frédéric Douville, infirmier et directeur du programme de baccalauréat en sciences infirmières, ont été riches et pertinents. La phrase prononcée par Dave Price « It takes a team to provide care! » (Il faut une équipe pour prodiguer un soin!) résume bien l’importance de la collaboration interprofessionnelle du corps soignant pour diminuer les préjudices aux patients et patientes.

« La culture de la sécurité des patients est un enseignement important à dispenser à nos étudiantes et étudiants. D’ailleurs, nos programmes d’études prévoient des occasions pour permettre aux apprenantes et aux apprenants d’instaurer cette culture dans leur pratique professionnelle. » — Mireille Lavoie, doyenne de la Faculté des sciences infirmières

Racisme systémique

Dans cette conférence, qui a attiré près de 80 membres des trois facultés, Yvonne Boyer et Janet Smylie ont fait appel à la responsabilité sociale de l’individu en donnant plusieurs pistes d’actions pour éliminer le racisme systémique dans les soins de santé. Parmi ces actions, nous retenons particulièrement cet appel à l’ouverture de la docteure Smylie : « We have to learn to sit with our discomfort and challenge the stereotypes! » (Nous devons apprendre à assumer notre inconfort et à questionner les stéréotypes!). L’animation a été assurée avec brio par Patricia Nolin du GISA de l’Université Laval.

« Les intervenantes ont magnifiquement et humblement permis d’identifier de nouvelles pistes d’actions à l’égard de notre responsabilité sociale face au racisme systémique envers les populations autochtones. » — Julien Poitras, doyen de la Faculté de médecine 

Merci à tous les intervenants et intervenantes et à toutes les personnes qui ont pris part aux activités de la Semaine de la responsabilité sociale 2021.

Consultez la page Web de la semaine