Détail de la nouvelle

Quand Internet devient un miroir déformant

  • Source : Jean Hamann, Le Fil, édition du 12 octobre 2017
  • Département de pédiatrie, Département de psychiatrie et neurosciences
Chez les filles, il s’agit surtout de problèmes d’anorexie ou de boulimie, alors que chez les garçons, on voit surtout des problèmes de bigorexie

Internet favorise les troubles de conduites alimentaires chez les jeunes, mais il peut aussi faire partie de la solution

Le Web et les réseaux sociaux contribuent au développement des troubles de conduites alimentaires (TCA) chez les adolescents, mais comme ces outils de communication sont là pour rester, parents et professionnels de la santé devront apprendre à composer avec cette réalité et à en tirer parti pour aider les jeunes. Voilà les conclusions auxquelles arrivent trois membres de la Faculté de médecine qui ont passé en revue la littérature scientifique portant sur les liens entre Internet et les TCA chez les jeunes.

Les TCA touchent 5,7 % des filles et 1,2 % des garçons à l’adolescence, rappellent les chercheurs dans un article publié par la revue Soins Psychiatrie. « Chez les filles, il s’agit surtout de problèmes d’anorexie ou de boulimie, alors que chez les garçons, on voit surtout des problèmes de bigorexie (un désir obsessif d’augmenter sa masse musculaire) », signale l’une des auteurs de l’étude, la professeure Nathalie Gingras, pédopsychiatre et membre du Centre de recherche CERVO. « Depuis quelques années, nous constatons que les TCA se manifestent de façon plus précoce, parfois chez des jeunes de 10 ans ou moins. On ne sait pas si ce phénomène est attribuable à Internet ou à une préoccupation généralisée pour l’alimentation dans notre société », précise-t-elle.

Lire l'article complet du Fil