Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Protéger la santé plus à risque des Atikamekws

  • Département de médecine familiale et médecine d'urgence, Résidence en médecine familiale, COVID-19, Responsabilité sociale
Le professeur de clinique et directeur du GMF-U du Nord de Lanaudière, Sébastien Turgeon, en compagnie de représentants de la communauté de Manawan impliqués dans la mise en place et le fonctionnement du centre COVID-19 pour la population autochtone.

Des médecins enseignants, des résidents et des résidentes du GMF-U du Nord de Lanaudière se mobilisent pour contrer la pandémie de la Covid-19 auprès du peuple autochtone

La communauté de Manawan s’allie au groupe de médecine de famille universitaire (GMF-U) du Nord de Lanaudière pour mettre en place un plan de pandémie de coronavirus adapté aux besoins de sa communauté autochtone.

Depuis le lundi 20 avril 2020, les Atikamekws ont accès à une clinique désignée d’évaluation et à de l’hébergement dédié à la quarantaine et au personnel médical pour faire face à la pandémie. La couverture médicale de ce nouveau centre est assurée par des membres de la Faculté de médecine.

Non seulement, ce centre de gestion de crise permet de limiter les déplacements vers Joliette, où le risque d’exposition au coronavirus est plus grand, il limite aussi la propagation du virus en cas de contamination.

En centralisant ainsi les zones de dépistage et de quarantaine, le centre facilite la gestion de crise en simplifiant l’accès à l’équipement médical et en diminuant les risques associés au transport des usagers. De cette façon, la communauté de Manawan peut espérer demeurer une zone froide, c’est-à-dire sans cas d’infection, tout en maintenant l’accès à des soins de base essentiels pour sa population vulnérable.

Une population plus à risque

Bien que des mesures communautaires aient été mises en place pour limiter la propagation potentielle du virus, la santé de la population de Manawan demeure plus fragile que la moyenne face à cette pandémie pour différentes raisons.

Les conditions de logement
Il est fréquent que plusieurs Atikamekws habitent sous le même toit dans un espace restreint, ce qui rend difficile la quarantaine à domicile. De plus, pratiquement tous les foyers comptent au moins une personne à risque de complications graves si elle attrape la COVID-19.

Les conditions de santé
Dans cette communauté de 2 900 personnes, plusieurs sont à risque (les femmes enceintes, les personnes de plus de 70 ans, les personnes immunosupprimées, les gens diabétiques, les personnes atteintes d’une maladie cardio-vasculaire ou pulmonaire chronique, etc.) et parmi elles, un nombre important affiche des conditions de santé les mettant à risque de complications nécessitant une hospitalisation.

Des enjeux de transport d’urgence
Une seule ambulance assure le service pour la communauté autochtone. De plus, dans un contexte de dégel s’ajoute un risque d’inondations printanières et de coupure de l’accès routier.

Les services de soins de santé
Bien que la communauté soit desservie par un centre de santé, leurs ressources humaines et matérielles ne suffiraient pas s’il devenait impossible de transférer à Joliette les cas suspectés d’infection ou encore les cas lourds avec des conditions respiratoires graves.

Un engagement soutenu

Le groupe de médecine de famille universitaire (GMF-U) du Nord de Lanaudière accueille et forme depuis plusieurs années des résidents et résidentes en médecine familiale de l’Université Laval. Partageant le même devoir de responsabilité sociale qui anime l’ensemble des membres de la Faculté de médecine, il accorde une grande importance à la santé des communautés autochtones. Si bien que depuis octobre 2019, le Centre de services de santé Masko-Siwin de Manawan est officiellement un site satellite du GMF-U.

En ces temps de pandémie, l’équipe du GMF-U a réaffirmé son engagement envers la communauté autochtone en mettant sur pied en un temps record un plan d’action pour protéger la santé des Atikamekws et leur permettre de faire face à la crise.

La Faculté de médecine tient ainsi à saluer toute l’équipe du GMF-U du Nord de Lanaudière, incluant la direction de l'enseignement universitaire et de la recherche, le personnel clinicien-enseignant, les résidentes et les résidents, pour leur travail et pour avoir placé au cœur de leurs priorités la santé durable des Atikamekws.