Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Le dialogue avec les Premières Nations : Un enjeu incontournable pour une faculté de médecine socialement responsable

  • Source : Faculté de médecine
  • Formation en pédagogie, Congrès, colloques, conférence
De gauche à droite : Mme Emmanuelle Careau, vice-doyenne à la responsabilité sociale, M. Richard Kistabish, M. Julien Poitras, doyen de la Faculté de médecine.

La Faculté de médecine accueille un leader autochtone dans le cadre du mois de la pédagogie

Le 22 mai dernier, la Faculté de médecine de l’Université Laval recevait la visite de M. Richard Kistabish, Algonquin de la Première Nation Abitibiwinni, afin de s’entretenir avec le doyen, M. Julien Poitras.  Lors de ce dialogue empreint d'authenticité et d'humour, animé par la vice-doyenne à la responsabilité sociale, Mme Emmanuelle Careau, plusieurs thèmes ont été abordés, dont la formation, la santé et la prise en compte des réalités des peuples autochtones. Comment mieux les comprendre, les connaître et intervenir en partenariat avec eux? Plusieurs membres de la communauté facultaire, des communautés autochtones et des partenaires du milieu ont participé aux discussions afin d’identifier des approches socialement responsables à développer avec les communautés autochtones, d’influencer positivement les programmes de formation et de valoriser la culture autochtone dans un contexte d’apprentissage. La connaissance de leur histoire, la valorisation de leur culture, l’écoute, l’humilité ainsi que le sens de l’humour comme facteur de résilience font partie des éléments mentionnés lors de cet échange ; ceux-ci sont à mettre de l’avant dans nos méthodes pédagogiques.

Un engagement conjoint à agir pour la santé des Autochtones

Dans la foulée du rapport de la Commission Vérité et Réconciliation et du nouveau plan d’action que viennent d’adopter l’Association des facultés de médecine du Canada (AFMC) et les 17 facultés de médecine, la priorité de revoir la mission de formation des facultés afin de mieux répondre aux besoins des communautés autochtones devient un enjeu primordial. Pour le doyen Julien Poitras, la Faculté de médecine de l’Université Laval a le devoir de placer au cœur de son plan stratégique des actions concrètes afin de créer des liens durables avec les Premières Nations et particulièrement celles qui font partie du Réseau universitaire intégré en santé de l’Université Laval (RUIS UL) : « Nous avons la responsabilité de former des professionnelles et professionnels de la santé compétents et engagés à répondre aux réalités et aux besoins de ces communautés » a-t-il mentionné lors du dialogue avec Monsieur Kistabish. Dans cet esprit, une rencontre a aussi eu lieu après l’entretien avec les membres de la direction facultaire ainsi que des membres de la Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador (CSSSPNQL), des membres du Groupe de travail en santé autochtone de la Faculté de médecine de l’Université Laval (GTSA) et Monsieur Kistabish. Cette rencontre a permis d’identifier de belles pistes d’actions et de partenariats avec les communautés autochtones, ainsi que des stratégies de consultation à privilégier dans le cadre de la planification stratégique de la Faculté.

La sagesse et la relève

Lors de son séjour, M. Kistabish a généreusement accepté de rencontrer les étudiantes et les étudiants en médecine du Groupe d’intérêt en santé autochtone (GISA) pour échanger sur différentes perspectives en lien avec les Premières Nations, dont les orientations pour une meilleure place des étudiantes et des étudiants autochtones en médecine et les nouvelles pistes à explorer pour sensibiliser les membres non autochtones de la communauté étudiante et ceux du corps professoral aux réalités vécues par les membres des Premières Nations et des communautés Inuites. Ce moment privilégié fut très apprécié par nos futurs professionnels et professionnelles de la santé.

Regarder la vidéo de cette rencontre (à venir)

À propos du présentateur Richard Kistabish : 

Richard Kistabish est un Algonquin de la Première Nation Abitibiwinni, Québec. Il parle couramment le français, l’anglais et l’algonquin. Il occupe actuellement les postes de vice-président de la Fondation de guérison autochtone, la présidence de la Fondation autochtone de l’espoir depuis 2002 et la présidence de l’organisme Minwashin (développement culturel et artistique Anicinabe). Il est l’ancien président des services sociaux Minokin et il a œuvré dans le domaine social et de la santé aux niveaux régional et provincial pendant de nombreuses années. Il a rempli les fonctions d’administrateur et de gestionnaire du comité de la santé, Kitcisakik, de chef de la Première Nation Abitibiwinni et également de Grand Chef du Conseil algonquin du Québec pendant deux mandats. Il a publié des ouvrages sur la santé mentale et sur l’environnement.  Il a dénoncé pendant des années les abus commis dans les pensionnats indiens dont il a lui-même été témoin. Son franc-parler lui a permis d’ouvrir la voie à la dénonciation des injustices sociales.