Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

La compréhension du cœur

Jean-Marie Lapointe, l’animateur de la série télévisée Face à la rue, a partagé sa vision humaniste avec les étudiants du Certificat en dépendances

Les reniflements discrets et les bruits de mouchoirs extraits de leur étui remplaçaient le cliquetis des claviers lundi soir, dans le grand amphithéâtre de la Faculté de médecine. Le souffle suspendu, l’assistance écoutait Jean-Marie Lapointe brosser un portrait attachant d’itinérants qu’il rencontre au hasard des rues de Montréal ou de Val-d’Or. Depuis deux saisons, sa série télévisée, Face à la rue, mise sur le développement de liens avec l’autre, l’itinérant, le « quêteux », l’intoxiqué, que l’on croise souvent sans le voir. Le but : ne pas le juger, mais traiter cette mère, cette fille, ce frère en toute humanité.

Invité par Claire Grenier, la directrice du Certificat en dépendances, Jean-Marie Lapointe est revenu dans sa conférence sur son expérience de fils d’alcoolique. Sa mère a payé le prix fort de sa dépendance puisqu’elle en est morte à 49 ans. Son père, Jean, acteur, humoriste et chanteur bien connu, a réussi à se libérer de ses démons et à se mettre au service des autres en créant les Maisons Jean-Lapointe, qui offrent des thérapies. Adulte, Jean-Marie a transformé ce lourd bagage familial, sa peine et ses deuils en outils de travail pour partir à la rencontre des humains en fin de vie ou de ceux et de celles que la vie a jetés à la rue.