Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Interruption d'essais cliniques

Photo : CHU de Québec - Université Laval

Le recrutement dans des essais sur les anticoagulants chez des patients admis à l'unité des soins intensifs en raison de la COVID-19 est suspendu

Trois plateformes internationales d’essais cliniques testant l’effet des anticoagulants dans le traitement de la COVID-19 ont suspendu le recrutement de participants. L’utilisation de ces médicaments chez des patients gravement malades nécessitant une admission à l’unité des soins intensifs n’a pas montré d’effets bénéfiques.

Des effets potentiellement délétères, notamment une augmentation des saignements, ne peuvent être exclus. Les essais cliniques continuent toutefois pour les patients hospitalisés qui ne sont pas gravement malades. Des analyses additionnelles sont en cours et seront rendues publiques dès que possible. L’un de ces essais cliniques, effectué dans la plateforme d’essais cliniques REMAP-CAP, est mené conjointement par une équipe de l’Université du Manitoba, de l’Université de Toronto, de l’Université Laval et du Centre de recherche du CHU de Québec – Université Laval.

La COVID-19 est associée à un processus inflammatoire important et à la formation de caillots sanguins dans les petits vaisseaux sanguins. Les anticoagulants, des médicaments qui visent à éclaircir le sang, sont utilisés pour prévenir et traiter les caillots sanguins et possèdent des propriétés anti-inflammatoires. Sur cette base, de nombreux médecins ont utilisé des anticoagulants à dose élevée (dose thérapeutique) pour traiter les patients gravement atteints de la COVID-19 admis dans les unités de soins intensifs.

« Tous les centres participants ont suspendu le recrutement de patients atteints de la COVID-19 gravement malades admis à l’unité des soins intensifs en attendant une analyse plus approfondie des données. Ces résultats remettent en question l’administration systématique des anticoagulants à dose élevée chez les patients gravement atteints de la COVID-19 dans nos unités de soins intensifs», a déclaré Alexis Turgeon, professeur au Département d'anesthésiologie et de soins intensifs de l’Université Laval, médecin spécialiste en soins intensifs et chercheur au Centre de recherche du CHU de Québec – Université Laval. « Nous continuons d’étudier l’anticoagulation à dose élevée par rapport à une dose plus faible chez les patients hospitalisés, mais moins gravement malades, sur la recommandation des comités indépendants de surveillance des données et de la sécurité de ces essais cliniques », a-t-il ajouté.

Cette découverte a été rendue possible grâce à une collaboration internationale sans précédent entre la Plateforme adaptative multifactorielle d’essais cliniques randomisés visant les patients atteints d’une pneumonie acquise en communauté en temps de pandémie (REMAP-CAP), la plateforme ACTIV-4 et la plateforme ATTACC. Ces plateformes d’essais cliniques visent à évaluer si une dose élevée (thérapeutique) d’anticoagulant utilisée pour traiter les adultes hospitalisés en raison de la COVID-19 peut diminuer la défaillance d’organes et améliorer la survie, par rapport à une dose plus faible, dite préventive, utilisée de façon usuelle pour prévenir les caillots sanguins. Des chercheurs de différents pays ont uni leurs forces pour répondre à cette question le plus rapidement possible.

 Lire la nouvelle complète sur ULaval nouvelles