Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Enrichir l'expérience enseignante et étudiante

  • Source : Faculté de médecine
  • Formation en pédagogie, Congrès, colloques, conférence

Un thème qui rassemble

Sous le thème Enrichir l’expérience enseignante et étudiante, la Journée annuelle de l’enseignement (JAE) 2019 a certes interpellé la communauté facultaire puisqu’ils étaient quelques 200 participantes et participants à s’y être déplacés pour l’occasion, une année record de participation depuis sa création en 2003. Inspirée du plan stratégique de l’Université Laval, la Journée proposait des activités ayant comme fil conducteur l’alliance pédagogique, une composante essentielle de la relation enseignant-étudiant.

La conférence d’ouverture, prononcée par monsieur Luc Côté, professeur titulaire au Département de médecine familiale et de médecine d'urgence, a lancé cette journée. Sur une note humoristique, le professeur-chercheur, spécialisé en pédagogie des sciences de la santé, a présenté une fausse vidéo publicitaire de son « jumeau » Lucien vantant les mérites du « Programme d’assurances pédagogiques inédites » PAPI. Sur une note plus sérieuse, à partir de données de la littérature, le professeur Côté a défini ce qu’était la relation pédagogique, c’est-à-dire les éléments qui favorisent un climat relationnel favorable à l’enseignement et à l’apprentissage pour ensuite décrire l’alliance pédagogique comme cadre conceptuel pour favoriser la rétroaction axée sur le dialogue entre l’enseignante ou l’enseignant et l’étudiante ou l’étudiant, en particulier lors de la supervision clinique.

Pour illustrer les fluctuations inévitables de l’alliance, le conférencier a utilisé la métaphore de la pratique sportive de la bande élastique (ou slackline). En plus de devoir rester en équilibre, s’ajoute pour l’enseignant et l’étudiant le défi de devoir être en synchronisme avec son interlocuteur « Ce qui complique tout, c’est toujours l’autre! » lance-t-il sur un ton humoristique.

Le professeur Côté a ensuite fait part des faits saillants d’une recherche qu’il a dirigée sur l’alliance pédagogique en contexte de supervision clinique à l’Université Laval. Cette étude vient d’être publiée dans la revue Pédagogie Médicale. De nombreux superviseurs et superviseures en médecine familiale et dans les trois programmes de réadaptation de la Faculté ainsi que des stagiaires et résidents ou résidentes en fin de formation ont été questionnés sur leurs représentations de l’alliance pédagogique, et sur leurs expériences s’y rapportant. L’étude montre que les principaux facteurs contribuant à une bonne alliance pédagogique font consensus, mais qu’il y a aussi des divergences de perceptions dépendamment que l’on supervise ou que l’on soit la personne supervisée. De plus, lorsque des difficultés sont vécues au niveau de l’alliance, les efforts mis en place pour en discuter avec le superviseur ou le supervisé dépendent de différents facteurs, dont la crainte pour les stagiaires et résidents des impacts négatifs relativement à leur évaluation.

Monsieur Côté a terminé sa présentation en proposant une démarche pour tenter d’améliorer l’alliance pédagogique lorsqu’elle est plus difficile. Il a clos sa conférence en suggérant des avenues de recherche, dont celle de mieux comprendre les impacts du fait d’être homme ou femme dans cette alliance ainsi que l’influence des facteurs socioculturels dans le développement et le maintien d’une alliance pédagogique satisfaisante.

Par la suite, les enseignantes et enseignants, cliniciens et cliniciennes, chercheurs et chercheures ont pu faire le plein de nouveaux outils applicables en contexte d’enseignement, de supervision clinique et de recherche dans tous les programmes en sciences de la santé. Quatre ateliers sous forme d’exposés interactifs leur permettaient d’approfondir différents aspects du concept de l’alliance pédagogique. Des sujets tels que la clarification des attentes, la pédagogie inclusive, l’impact pédagogique d’une présentation PPT et la rétroaction ont été abordés.

Le Salon de l’innovation a permis à des membres et partenaires de la Faculté de médecine de présenter des projets variés relativement à la recherche, à la pédagogie ou encore à la philanthropie.

Moment phare de la Journée de l'enseignement de la Faculté de médecine. Nous avons accueilli l'athlète d'élite Alex Harvey et son entraîneur Louis Bouchard. Ils sont venus témoigner de leur alliance gagnante, un très beau parallèle avec l'expérience enseignante et étudiante. L’entrevue a été animée avec brio par Denis Villeneuve, l’agent d’Alex Harvey qui a fait au cours de l’entrevue plusieurs clins d’œil au contenu théorique présenté par Luc Côté en avant-midi. Des liens très intéressants ont pu être faits par les participants.

Alex et Louis ont parlé d'une relation qui a évolué au fil des ans, parsemée d'apprentissages, de confiance et de respect mutuel, mais aussi de moments plus difficiles et de la capacité à la rétroaction. Les échecs et les difficultés vécues ont été des chocs oui, mais qui ont permis de grandir et souvent de cheminer, et quelques fois de se propulser vers les meilleures performances d’Alex. De mentor à mentoré, le duo est devenu une véritable équipe où le mentoré s’est permis d’exprimer ses questions, ses doutes, son avis et où le mentoré a appris à accepter de se remettre en cause, de s’entourer d’alliés et d’oser parfois insister pour l’atteinte des objectifs.

Comment motiver un champion du monde? Louis Bouchard répond sans hésiter : « Être visionnaire, avoir des objectifs à court, moyen et long termes, avoir un plan, même s’il n’est pas parfait ». Ce sont, selon lui, des éléments excessivement importants pour la motivation.

Alex, le confirme : « Quand tu as un plan, ton intention est différente dans tout ce que tu fais, tu connais l’objectif ».

Sur l’anxiété de performance, comment la gérer et comment la diminuer

Selon Alex Harvey, l’anxiété fait partie de la vie d’un athlète : « Tu es comparé à tous les jours aux meilleurs de la planète, il faut être capable de se détacher de cela. Comment j’ai réussi à passer à travers ça? C’est la préparation, la planification, cela me met en confiance et l’adrénaline me motive également. »

Pour l’entraîneur, Louis Bouchard, la rétroaction est très importante, mais il faut être capable d’avoir un bon jugement et de savoir doser. L’entraîneur doit aussi s’analyser, se remettre en question. Il faut corriger le tir, il faut l’aider à gérer cela.

Pour résumer en quelques mots ce qui peut contribuer à enrichir l’expérience de ceux qui enseignent et de ceux qui apprennent, ce serait sans contredit ces mots évocateurs de sens, qui sont émergés tout au long de la JAE, soit le plaisir, la passion, le respect et la qualité de la relation.

Rendez-vous le 14 mai 2020, pour la prochaine JAE!

Voyez l'événement en images