Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Diabète de type 2 : des bactéries seraient en cause

Crédit : CHRIS CHRIS W

Les personnes atteintes de cette maladie ont une signature bactérienne distincte

Une équipe dirigée par le professeur André Marette du Département de médecine de l'Université Laval apporte une nouvelle preuve que des bactéries pourraient être impliquées dans le développement du diabète de type 2. Dans un article publié aujourd'hui par la revue Nature Metabolism, les chercheurs démontrent que le sang, le foie et certains dépôts de graisses abdominales de personnes diabétiques ont une signature bactérienne différente de celle observée chez les personnes qui ne sont pas diabétiques.

Les chercheurs ont fait cette démonstration à l'aide d'échantillons de sang et de tissus prélevés au moment où 40 personnes atteintes d'obésité sévère subissaient une chirurgie bariatrique. Les échantillons de tissus proviennent du foie et de trois sites de dépôts adipeux de l'abdomen. La moitié des participants souffrait de diabète de type 2. Les autres sujets n'étaient pas diabétiques, mais ils affichaient une résistance à l’insuline, révélatrice d'un état prédiabétique.

Les chercheurs ont procédé à la détection de matériel génétique bactérien dans chacun des tissus prélevés. Le genre taxonomique des bactéries présentes et leur abondance relative ont permis d’établir la signature bactérienne de chaque tissu.

Voyez ce leurs analyses montrent en lisant la nouvelle complète sur ULaval nouvelles.