Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

COVID-19: 1,8M$ pour mieux équiper les chercheurs

Denis Leclerc a piloté la demande d'équipement faite à la Fondation canadienne pour l'innovation et au gouvernement du Québec. Les cosignataires de la demande sont Guy Boivin, Denis Boudreau, Louis Flamand et Gary Kobinger. Crédit : Marc Robitaille

Le projet présenté par Denis Leclerc profitera à plusieurs équipes de l'Université Laval actives en recherche sur le SARS-CoV-2

Une subvention de 1,8M$ accordée à un projet piloté par le professeur Denis Leclerc, de la Faculté de médecine et du Centre de recherche du CHU de Québec – Université Laval, permettra de soutenir les efforts des équipes de l'Université Laval qui mènent des travaux de recherche sur la COVID-19. L'équipement qui sera acquis grâce à ces fonds servira aux travaux du professeur Leclerc, mais également à ceux de ses collègues Guy Boivin, Louis Flamand et Gary Kobinger, ainsi qu'à ceux de Denis Boudreau, de la Faculté des sciences et de génie et du Centre d'optique, photonique et laser. Les autres équipes de l'Université Laval qui auraient besoin de ces appareils pour leurs propres travaux pourront aussi y avoir accès.

Ce projet fait partie de la liste des 79 subventions accordées au concours du Fonds des occasions exceptionnelles – COVID-19 de la Fondation canadienne pour l'innovation (FCI). Au total, 28M$ seront investis en équipement et en infrastructures de recherche dans 52 universités et collèges du Canada. L'annonce en a été faite aujourd'hui par le premier ministre Justin Trudeau lors de son point de presse quotidien. La somme accordée à Denis Leclerc provient à parts égales de la FCI et du gouvernement du Québec.

« Cette subvention servira à l'achat d'équipement scientifique qui nous permettra d'augmenter notre capacité de recherche et d'accélérer nos travaux, explique le responsable du projet, Denis Leclerc. Présentement, nous devons faire appel à des laboratoires extérieurs pour réaliser certains tests, ce qui est loin d'être idéal. C'est long parce que nous n'avons pas la priorité pour l'utilisation de cet équipement et nous n'avons pas le contrôle sur la qualité des tests qui y sont menés. La subvention que nous avons obtenue va nous permettre de régler ces problèmes. »

Une partie des fonds servira à l'achat d'équipement qui viendra compléter l'arsenal d'appareils installés dans le laboratoire de niveau de confinement 3, inauguré il y a quelques mois au Centre de recherche du CHU de Québec – Université Laval. C'est dans ce laboratoire hautement sécuritaire que sont menés les travaux sur le SARS-CoV-2 à l'Université Laval.

Lire la nouvelle complète sur ULaval nouvelles