Détail de la nouvelle

Chapitre commotions ULaval

Des étudiantes et étudiants de l’Université Laval en action contre les commotions cérébrales

À l’initiative d’un groupe d’étudiantes et d’étudiants de l’Université Laval, une première association francophone de la Fondation Héritage pour les commotions cérébrales du Canada voit le jour. Cette association parascolaire nommée Chapitre commotions ULaval aura comme objectif d’informer et de sensibiliser la population aux risques liés aux commotions cérébrales par différentes activités de prévention des traumatismes crâniens.

L’association étudiante a tenu, cet avant-midi, sa première activité de sensibilisation au Collège des Compagnons. Manel Illoul et Sarah Imhoff, deux étudiantes au doctorat en médecine à l’Université Laval, y ont présenté une conférence dans le cadre du programme Faire équipe contre les commotions. Quelque 225 élèves de 1re à 5e secondaire ont pu en apprendre plus sur les manifestations cliniques, la prise en charge et les conséquences des commotions cérébrales.

Les étudiantes et étudiants du Chapitre ont préalablement reçu une formation de la part de la Fondation Héritage pour les commotions cérébrales du Canada.

« Les commotions cérébrales sont un problème fréquent pouvant affecter la santé des adolescentes et adolescents, d’où notre intérêt, à titre de futures médecins, à mettre en place des activités de sensibilisation auprès de la population », ont soutenu les coordonnatrices du Chapitre commotions ULaval, Manel Illoul et Sarah Imhoff.

Le directeur général du Centre de services scolaire des Découvreurs, Christian Pleau, et la directrice du Collège des Compagnons, Christine Garcia, ont salué l’initiative.

« Le Centre de services scolaire des Découvreurs et le Collège des Compagnons sont fiers d’accueillir les étudiantes et étudiants du nouveau Chapitre commotions ULaval afin de promouvoir la sécurité dans les sports auprès de nos élèves. Le fait d’informer et de sensibiliser les jeunes aux commotions cérébrales s’inscrit parfaitement dans notre mission. »

Pour l’Université Laval, la mobilisation étudiante entourant la sensibilisation à l’importance de prévenir et de bien soigner les commotions cérébrales est source de fierté.

« Le Chapitre ouvert à l’ensemble de la communauté étudiante est une belle démonstration que la santé durable est l’affaire de tout le monde. Je souhaite bon succès et réitère mon appui à l’association étudiante engagée dans son milieu », a déclaré la vice-rectrice aux études et aux affaires étudiantes, responsable de la santé de l'Université Laval, Cathia Bergeron.

« Les traumatismes craniocérébraux peuvent avoir des effets dévastateurs chez nos jeunes; le fait de mobiliser des étudiantes et des étudiants de nos facultés, qui sensibiliseront la clientèle des écoles à la prévention et seront des ″modèles de rôle″ en adoptant des comportements sécuritaires, aura certainement un effet positif sur l’incidence de ces traumatismes , a ajouté le doyen de la Faculté de médecine de l’Université Laval », a ajouté le doyen de la Faculté de médecine de l’Université Laval, Julien Poitras.

Une première association francophone

Le Chapitre commotions ULaval est la 18e association étudiante de la Fondation Héritage pour les commotions cérébrales du Canada dans un établissement d’enseignement postsecondaire canadien et le 2e au Québec.

« La Fondation Héritage pour les commotions cérébrales du Canada aspire à devenir la référence canadienne en matière de surveillance, de prévention, de détection et de prise en charge des commotions cérébrales. J’aimerais exprimer toute ma gratitude à toutes les personnes qui ont rendu ce projet possible. C’est grâce à l’implication d’étudiantes et étudiants comme Manel et Sarah que nous y arriverons », a déclaré le directeur général de la Fondation Héritage pour les commotions cérébrales du Canada, Tim Fleiszer.

« Les familles québécoises nous ont mentionné vouloir l'assurance que leurs enfants étaient protégés par un système sportif sûr, dans lequel chaque intervenant comprend ce qu’est une commotion cérébrale, cherche activement à minimiser le risque et connaît les gestes immédiats à poser lorsque quelqu’un en est victime. Le déploiement de ce projet encouragera les étudiantes et étudiants à réagir s’ils soupçonnent un risque de commotion cérébrale chez un camarade ou sur eux-mêmes », a souligné le directeur des programmes francophones de la Fondation Héritage pour les commotions cérébrales du Canada, Simon Poulin.

Un ancien athlète du programme Rouge et Or témoigne de son expérience

Que ce soit lors de son passage dans le club de football Rouge et Or (2004 à 2008), durant ses études ou lors des onze saisons passées chez les Alouettes de Montréal, Luc Brodeur-Jourdain, qui est aujourd’hui l’entraîneur adjoint de la ligne à l’attaque des Alouettes de Montréal, a pu observer l’importance de prévenir et de traiter adéquatement les commotions cérébrales.

Ambassadeur de la toute première association étudiante francophone de la Fondation Héritage pour les commotions cérébrales du Canada, le Chapitre commotions ULaval, il se dit ravi de représenter cette initiative.

« Ce programme rendra le sport plus sécuritaire pour les enfants et les jeunes du Québec. Le fait que des informations sur la prévention soient disponibles pour tous les Canadiens et Canadiennes a été l’un des objectifs de la Fondation dès le premier jour. Le partenariat avec l’Université Laval favorise une meilleure diffusion de notre message partout dans la Capitale-Nationale. »

À propos de la Fondation Héritage pour les commotions cérébrales du Canada

La Fondation Héritage pour les commotions cérébrales du Canada a été fondée en décembre 2012 pour aider à résoudre la crise des commotions cérébrales au Canada. Depuis ce temps, la Fondation Héritage a organisé des événements de prévention, d’éducation et de sensibilisation à travers le pays. En janvier 2014, la Fondation a reçu son statut d’organisme de bienfaisance de l’Agence de revenu du Canada. Ses programmes scolaires visent l’éducation des jeunes, en les éveillant aux conséquences de leurs actes, et prévoient le renforcement de leur autonomie en les amenant à faire des choix plus judicieux.