Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Améliorer la santé des populations autochtones nordiques et côtières

La Chaire de recherche en partenariat Sentinelle Nord en approches écosystémiques de la santé, également appelée la chaire Littoral, aura pour mandat de promouvoir et d’améliorer le bien-être des populations autochtones et côtières du Nord québécois par une meilleure compréhension des effets qu’ont les changements environnementaux et écosystémiques sur la santé. Crédit : Mélanie Lemire

La Chaire de recherche en partenariat Sentinelle Nord en approches écosystémiques de la santé voit le jour

Une soixantaine de personnes ont assisté à la cérémonie de lancement d’une nouvelle chaire de recherche, le mercredi 19 février au pavillon Ferdinand-Vandry. La Chaire de recherche en partenariat Sentinelle Nord en approches écosystémiques de la santé, surnommée la chaire Littoral, aura pour mandat de promouvoir et d’améliorer le bien-être des populations autochtones et côtières du Nord québécois par une meilleure compréhension des effets qu’ont les changements environnementaux et écosystémiques sur la santé. Dans leurs travaux, les chercheurs contribueront notamment aux efforts de biosurveillance des contaminants environnementaux dans les aliments locaux et chez les populations autochtones.

La Chaire est créée dans le cadre du programme Sentinelle Nord de l’Université Laval. Son budget de fonctionnement, avec la contribution de plusieurs partenaires, s’élève à 2,5 millions de dollars sur cinq ans. Sa titulaire est la professeure Mélanie Lemire, du Département de médecine sociale et préventive.

« En activité depuis 2019, la Chaire s’inscrit dans la continuité de la Chaire Nasivvik de l’Université Laval », a expliqué la chercheuse. Selon elle, les aliments de la mer, des lacs, des rivières et de la terre sont au cœur de la culture de plusieurs communautés autochtones du Nord.

« Ils sont tous source exceptionnelle de plein de bonnes choses, a-t-elle ajouté. Ce sont de vrais aliments sans additifs alimentaires. Mais dans certains cas ils peuvent accumuler des contaminants environnementaux comme le mercure ou le plomb. »

Lire la nouvelle complète sur ULaval nouvelles