Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Une relève précieuse

Les récipiendaires Mathieu Allard de Partenariat Santé (premier à gauche) ainsi que Jean-François Leclerc (premier à droite, en haut) et Myriam Nadeau (1re à droite, en bas). Photo : Valérie Bolduc
Avec notre produit, 99,9 % de la matière se referme, ce qui veut dire que l’on pourrait refaire le même trou entre 100 et 1 000 fois avant que le silicone ne se déforme.

Le Gala de la relève en or a récompensé plusieurs initiatives étudiantes, dont Partenariat Santé et un projet qui vise à améliorer la pratique de points de suture chez les professionnels de la santé

Faire des points de suture, ça ne s’improvise pas! Dans le cadre de leur formation, les étudiants en sciences de la santé passent plusieurs heures à se pratiquer. Jusqu’à récemment, il n’existait pas de dispositif écologique et peu coûteux leur permettant d’expérimenter les différentes techniques. C’est ainsi que Myriam Nadeau et Jean-François Leclerc, deux doctorants en médecine, ont eu l’idée de concevoir des blocs de peau synthétique réutilisables.

Avec l’aide de chimistes, ils ont trouvé les bons produits et ont conçu des moules afin de créer un caoutchouc de silicone ayant une fermeté et une texture similaires à la peau. Le principal intérêt de ce nouveau produit, selon Jean-François Leclerc, réside dans sa durabilité. « Pour des points de suture, on fait deux incisions : une pour entrer, l’autre pour sortir. Sur du caoutchouc normal, le point ne se referme pas, ce qui endommage le bloc après quelques incisions. Avec notre produit, 99,9 % de la matière se referme, ce qui veut dire que l’on pourrait refaire le même trou entre 100 et 1 000 fois avant que le silicone ne se déforme. »

Lire l'article complet du Fil