Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Un problème de taille

Au Québec, plus de la moitié des adultes font de l'embonpoint ou souffrent d'obésité. Cette prévalence est encore en hausse, de sorte que les répercussions économiques qui en découlent continuent, elles aussi, de grimper.

Au Québec, les répercussions économiques du surpoids se chiffrent à près de 3 milliards de dollars par année

L’embonpoint et l’obésité entraîneraient des coûts de l’ordre de 3 milliards de dollars par année au Québec, révèle une étude publiée dans le plus récent numéro du Canadian Journal of Public Health. Cette estimation, qui tient compte des coûts directs et indirects liés au surpoids, représente environ 10 % de la somme que le Québec consacre annuellement à la santé.

Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont eu recours aux données se rapportant aux 2 417 Québécois suivis entre 1994 et 2011 par l'Enquête nationale sur la santé de la population de Statistique Canada.

« Ces données permettent d’établir l’indice de masse corporelle (IMC) de chaque répondant, son utilisation de différents services de santé ainsi que les semaines de travail perdues en raison de problèmes de santé », explique Chantal Blouin, première auteure de l’étude, chercheuse à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et professeure associée au Département de médecine sociale et préventive de l’Université Laval.

Lire l'article complet du Fil