Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Survolter ses performances?

En théorie, les sportifs qui participent à des épreuves intenses de moins de 2 minutes, comme le 800 mètres, pourraient profiter de la neurostimulation électrique transcutanée. La preuve scientifique reste toutefois à faire, notamment chez les athlètes d’élite. Photo : Pierre-Yves Beaudoin/Wikimedia

La neurostimulation transcutanée pourrait améliorer les performances sportives lors d’épreuves intenses de courte durée

Une technique couramment utilisée en réadaptation pour soulager la douleur pourrait, sous certaines conditions bien précises, améliorer les performances sportives, suggère une étude qui vient de paraître dans la revue Frontiers in Physiology. C’est la conclusion à laquelle arrivent trois chercheurs australiens et le professeur François Billaut, du Département de kinésiologie, après avoir soumis un groupe de sportifs à une épreuve de type contre-la-montre.

La technique en question se nomme neurostimulation électrique transcutanée, communément désignée sous son acronyme anglais TENS. Elle repose sur l’administration d’une stimulation électrique de faible intensité à l’aide d’électrodes placées à la surface de la peau. 

« L’intensité n’est pas assez élevée pour provoquer une contraction musculaire visible, souligne le professeur Billaut. Par contre, elle est suffisante pour atténuer la transmission des signaux de douleur, comme le font certains médicaments analgésiques. »

Lire l'article complet du Fil