Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Retour vers le futur

  • Source : Jean Hamann, Le Fil, édition du 16 mars 2017
  • Oncologie, Recherche, Département de médecine moléculaire
Pour produire le RM-581, les chercheurs ont greffé une chaîne carbonée, en vert, à un dérivé du mestranol, un œstrogène stéroïdien synthétique utilisé dans les contraceptifs oraux jusqu’en 1969. Photo : René Maltais, Donald Poirier et France Couture
En tant que spécialistes de la chimie médicinale, notre travail consiste à concevoir, à synthétiser et à tester des molécules pouvant améliorer les traitements contre différents types de cancer.

Des chercheurs font appel à une molécule utilisée dans les premières pilules contraceptives pour développer de nouveaux traitements contre le cancer

Une équipe de la Faculté de médecine a conçu, fabriqué et testé une nouvelle molécule capable de stopper la prolifération de cellules cancéreuses et même de réduire la taille des tumeurs chez des souris. Fait intéressant au sujet de cette molécule, l’une de ses composantes est dérivée du mestranol, un stéroïde qui était utilisé dans les premières pilules contraceptives il y a un demi-siècle.

Donald Poirier et son équipe du Centre de recherche du CHU de Québec – Université Laval travaillent depuis plusieurs années à la mise au point de nouvelles molécules anticancéreuses. « En tant que spécialistes de la chimie médicinale, notre travail consiste à concevoir, à synthétiser et à tester des molécules pouvant améliorer les traitements contre différents types de cancer, explique le professeur Poirier. Nous avions déjà développé une molécule intéressante, le RM-133, pour laquelle nous avons fait une demande de brevet en 2009. Cette molécule est très efficace contre les cellules cancéreuses in vitro, mais les tests effectués sur des modèles de souris cancéreuses avaient montré qu’elle était rapidement éliminée par le foie. Il fallait corriger ce problème de stabilité. »

Lire l'article complet du Fil