Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Repartir du bon pied

Le syndrome fémoro-patellaire frappe les adeptes de plusieurs sports, mais il est particulièrement fréquent en course à pied. L’étude montre qu’une intervention éducative préconisant des entraînements fréquents, courts et peu intenses, qui maintiennent la douleur à un faible niveau, donne les meilleurs résultats.

Une étude fait le ménage dans les traitements préconisés pour un problème qui frappe bien des coureurs

Informer les coureurs sur la nature et les causes de leur blessure et leur proposer un programme structuré et graduel de retour à l’entraînement serait la façon la plus efficace d’attaquer l’un des problèmes les plus courants en course à pied, le syndrome fémoro-patellaire. Voilà la conclusion d’une étude publiée dans le British Journal of Sports Medicine par une équipe de chercheurs de la Faculté de médecine, du Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale et de la Clinique du coureur.

Le syndrome fémoro-patellaire frappe les adeptes de plusieurs sports, mais il est particulièrement fréquent en course à pied. Ce problème se caractérise par une douleur autour ou derrière la patella, communément appelée rotule, qui s’accentue lors de mouvements sollicitant l’articulation fémoro-patellaire, par exemple monter ou descendre un escalier.

Lire l'article complet du journal Le Fil