Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Pas de pilule miracle

Les statines sont prescrites pour traiter le rétrécissement ou l'occlusion des artères chez les gens qui ont eu des événements cardiovasculaires ou chez ceux qui veulent les prévenir. Dans ce dernier groupe, l'efficacité du traitement dépend du risque cardiovasculaire de chaque patient.

Le recours aux statines en prévention des maladies cardiovasculaires suscite des attentes parfois démesurées

L’efficacité des statines – ces médicaments qui abaissent le taux de mauvais cholestérol dans le sang –comme outil de prévention primaire des maladies cardiovasculaires varie considérablement en fonction du profil de risque de chaque personne. Conséquemment, les médecins de famille devraient prendre le temps d’établir les bienfaits que chaque patient peut réalistement espérer de ces médicaments afin de l’aider à faire un choix éclairé parmi les différentes solutions qui s’offrent à lui. Voilà le principal message qui se dégage d’une étude publiée par des chercheurs de l’Université Laval et de l’Université McGill dans un récent numéro de Family Practice.

Les statines sont prescrites pour traiter le rétrécissement ou l’occlusion des artères chez des personnes qui veulent diminuer le risque de subir un premier événement cardiovasculaire (prévention primaire) ou la récidive d’un événement cardiovasculaire (prévention secondaire). «En prévention secondaire, les statines sont un no-brainer, leur efficacité ne fait pas de doute. En prévention primaire, par contre, l’efficacité annoncée de ces médicaments est établie à partir d’essais randomisés auprès de populations présentant des risques cardiovasculaires très différents. Il s’agit d’une moyenne qui ne reflète pas la situation de chaque patient et ce qu’il peut espérer de ces médicaments», souligne l’un des auteurs de l’étude, Paul Poirier, professeur à la Faculté de pharmacie et cardiologue à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ).

Lire l'article complet du Fil