Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Mots à maux

Les chercheurs ont mis à profit les résultats d’études récentes en neurolinguistique pour élaborer 9 tâches mettant en relief les déficits langagiers qui se manifestent très tôt chez les personnes atteintes de maladies neurodégénératives.

Des chercheurs ont développé un test de langage simple et rapide pour dépister l’apparition des maladies neurodégénératives

Une équipe internationale dirigée par Joël Macoir du Département de réadaptation a mis au point un test simple permettant de dépister les personnes souffrant de troubles du langage associés aux maladies neurodégénératives. Ce test, qui peut être effectué en 5 minutes, permettrait aux médecins ou aux infirmières d’identifier de façon précoce les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer ou d’autres formes de démence associées au vieillissement. Les chercheurs présentent cet outil, qu’ils ont nommé Test de dépistage des troubles du langage chez l’adulte et la personne âgée (DTLA), dans un récent numéro de l’American Journal of Alzheimer’s Disease & Other Dementias.

En raison du vieillissement de la population, ce test pourrait être d’un précieux secours pour les cliniciens de première ligne. En effet, le nombre de personnes souffrant de maladies neurodégénératives est en hausse et il pourrait atteindre 66 millions en 2030 et 115 millions en 2050. 

« Une partie de ces personnes se présenteront chez leur médecin en disant qu’elles éprouvent des difficultés à trouver leurs mots ou à les écrire correctement. Comme il n’existait pas d’outils pour aider les cliniciens à distinguer ce qui constitue une diminution normale des capacités langagières associée au vieillissement et une diminution pathologique de ces capacités, nous avons entrepris de développer un test simple et rapide pouvant être utilisé en pareilles situations », explique Joël Macoir.

Lire l'article complet du Fil