Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Les mots pour le dire

Les personnes qui souffrent d'aphasie éprouveront, à divers degrés, des difficultés à trouver leurs mots, à nommer des objets familiers, à construire des phrases ou à articuler correctement. La formation qui vient d'être lancée présente les stratégies que les bénévoles doivent adopter pour assurer une communication efficace avec ces personnes.

Une équipe du Département de réadaptation a développé une formation destinée aux bénévoles qui travaillent auprès des personnes aphasiques

Les difficultés que les personnes aphasiques éprouvent à comprendre et à se faire comprendre sont pour elles une grande source de frustration. Lorsqu’elles vont chercher de l’aide et du soutien dans les associations créées à leur intention, la dernière chose dont elles ont besoin est de vivre davantage de frustration parce que les bénévoles qui y travaillent s’y prennent mal pour communiquer avec elles. Pour éviter de telles situations, une équipe du Département de réadaptation et l’Association des personnes intéressées par l’aphasie et l’AVC (APIA-AVC) ont codéveloppé une formation destinée aux bénévoles qui travaillent auprès des personnes aphasiques.

Lancée officiellement le 24 avril, cette formation en ligne vient répondre à un problème commun à bien des groupes qui soutiennent les personnes aphasiques après leur hospitalisation et leur réadaptation. 

« Ces associations comptent souvent un seul employé, de sorte qu’elles dépendent du travail de bénévoles pour mener leurs activités, signale Laura Monetta, du Département de réadaptation. Comme le roulement des bénévoles est très élevé, l’employé doit consacrer beaucoup de temps à former les nouveaux venus. L’outil que nous avons développé permet une autoformation de base sur l’aphasie et une initiation aux stratégies de communication efficaces avec les personnes aphasiques. »

Lire l'article complet du Fil