Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

La clé des allergies?

Des chercheurs établissent la cause de certaines allergies respiratoires ou alimentaires

Vous êtes allergique aux crevettes? Aux acariens? Vous souffrez de pénibles allergies respiratoires? Votre problème pourrait bien être lié à la dectine, une protéine de reconnaissance des allergènes qui se trouve dans la membrane cellulaire chez l’humain. C’est ce que suggère une étude qui vient d’être publiée dans la revue Science Immunology par des chercheurs américains et par Sophie Plante, Ikhlass Haj Salem et Jamila Chakir, de la Faculté de médecine et du Centre de recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec.

Les allergies résultent d’une réponse démesurée du système immunitaire à des molécules présentes dans l’environnement, rappelle la professeure Chakir. La raison pour laquelle certaines personnes ont des réactions exacerbées à ces molécules constitue toutefois une énigme. L’une des explications avancées pointe vers un dérèglement des récepteurs membranaires qui interviennent dans la reconnaissance de ces allergènes. Les chercheurs ont testé cette hypothèse en concentrant leur attention sur les interactions entre l’une de ces protéines, la dectine, et certains allergènes. Ils ont exposé des souris ainsi que des cellules humaines provenant de la cavité nasale ou des bronches à des extraits d’acariens ou à de la tropomyosine. Cette dernière est une protéine qui se retrouve chez les acariens, mais aussi chez les crevettes et autres crustacés. On lui attribue une bonne partie des allergies aux fruits de mer.

Lire l'article complet du Fil