Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Inflammation et furie

  • Source : Jean Hamann, Le Fil, édition du 1 février 2018
  • Recherche, Département de biologie moléculaire, biochimie médicale et pathologie, Département de médecine moléculaire, Département de microbiologie-infectiologie et immunologie
Vu leur abondance, les plaquettes, en jaune, sont les éléments du sang les mieux placés pour réagir rapidement à la présence de corps étrangers comme des bactéries, en bleu. Lorsque le nombre d'envahisseurs est élevé, la réponse des plaquettes peut être démesurée et entraîner un état de choc circulatoire. Photo: Dennis Kunkel Microscopy / Science Photo Library

Des chercheurs démontrent le rôle des plaquettes dans des défaillances physiques majeures et dans les maladies auto-immunes

Une étude publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) par des chercheurs de la Faculté de médecine et du Centre de recherche du CHU de Québec – Université Laval démontre que les plaquettes jouent un rôle beaucoup plus important que ce qu’on croyait dans la réponse immunitaire du corps humain. Les travaux de cette équipe laissent entrevoir de nouvelles approches pour traiter les patients en état de choc circulatoire à la suite d’infections bactériennes ou virales ou encore d’allergies aiguës ainsi que les personnes atteintes de maladies auto-immunes comme l’arthrite rhumatoïde ou le lupus.

Les plaquettes sont bien connues pour leur rôle dans la coagulation du sang et dans la cicatrisation. « Par contre, il y a une méconnaissance de leur rôle dans la réponse immunitaire en absence de blessure ou de saignement, par exemple lorsque des virus, des bactéries, des toxines ou des allergènes entrent dans la circulation sanguine », explique le responsable de l’étude, Éric Boilard.

Lire l'article complet du Fil

Sur le même sujet : Les plaquettes sanguines jouent aussi un rôle de défense, Alain Labelle, ici.radio-canada.ca, 1er février 2018