Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Formule E

Les troubles du jeu, qui touche entre 1 % et 2 % de la population adulte, se caractérise par une dépendance compulsive aux jeux de hasard et d’argent. Les traitements comportementaux, les interventions de groupe et la médication ont une efficacité limitée contre ce trouble.

L’application d’un faible courant électrique à la surface du crâne pourrait venir en aide aux joueurs compulsifs

Des chercheurs de la Faculté de médecine pourraient avoir trouvé une nouvelle façon de traiter les personnes aux prises avec de sérieux problèmes de jeux de hasard et d’argent. En effet, l’application d’un faible courant électrique à la surface du crâne stimulerait la production de GABA, un neurotransmetteur ciblé dans le traitement d’autres formes de dépendance, rapportent les chercheurs dans un récent numéro de la revue Neuropharmacology.

L’Association américaine de psychiatrie classe le trouble du jeu parmi les troubles de dépendance aux substances et les troubles d’addiction. Ce problème, qui touche entre 1 % et 2 % de la population adulte, se caractérise par une dépendance compulsive aux jeux de hasard et d’argent. Les traitements comportementaux, les interventions de groupe et la médication ont une efficacité limitée contre le trouble du jeu.

Lire l'article complet du Fil

Sur le même sujet

Un courant électrique pour soigner la dépendance au jeu, ICI Radio-Canada, 23 janvier 2018