Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Efficacité à la pompe

L’utilisation de CRISPR-Cas comme outil d’édition génomique a connu une croissance exponentielle dans les laboratoires de recherche aux 4 coins du monde. Les espoirs placés en CRISPR-Cas pour la mise au point de thérapies cellulaires sont toutefois tempérés par son efficacité très variable et parfois très faible. La méthode développée par l’équipe de Yannick Doyon permet d’atteindre des taux d’efficacité allant jusqu’à 80 %. Photo : McGovern Institute for Brain Research, MIT

Des chercheurs proposent une méthode pour améliorer l’efficacité de l’outil d’édition génomique CRISPR-Cas

Des chercheurs de l’Université Laval, d’Héma-Québec et de l’Université Dalhousie viennent de publier dans Nature Methods les détails d’une technique qu’ils ont développée pour améliorer l’efficacité de l’outil d’édition génomique CRISPR-Cas. La méthode qu’ils décrivent dans leur article permet d’atteindre des taux d’efficacité allant jusqu’à 80 %, ce qui devrait faciliter le développement de thérapies cellulaires faisant appel à cet outil, précise le responsable de l’étude, Yannick Doyon, professeur à la Faculté de médecine et chercheur au CHU de Québec – Université Laval.

Rappelons que le système CRISPR-Cas a d’abord été découvert chez les bactéries, où il fait office de système immunitaire contre les virus et les plasmides. En 2012, des chercheurs ont eu l’idée de faire appel à ce système pour créer un outil d’édition des génomes. Depuis, l’utilisation de CRISPR-Cas a connu une croissance exponentielle dans les laboratoires de recherche aux quatre coins du monde. Cette popularité s’explique par le fait que cet outil permet d’éditer les génomes avec une précision inouïe. Chez l’humain, il est possible d’y recourir pour choisir au nucléotide près, parmi les 6 milliards de nucléotides qui composent le génome humain, l’endroit où on souhaite apporter une modification. On peut donc l’utiliser pour modifier un gène, ce qui laisse entrevoir la possibilité de développer des thérapies pour les maladies génétiques.

Lire l'article complet du Fil