Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Circuits gagnants

Cette image montre les neurones dopaminergiques d’un cerveau entier de souris vu en plongée. Les neurones apparaissent comme des points clairs et leurs prolongements, les axones, sont les filaments rouges. Ce sont ces réseaux neuronaux qui sont détruits chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. L’image a été prise grâce à une technique développée au Centre de recherche CERVO. Photo : Cléophace Akitegetse

Des chercheurs proposent une nouvelle approche pour améliorer la greffe de neurones chez les personnes atteintes de parkinson

Traiter les personnes atteintes de la maladie de Parkinson en leur greffant des neurones sains est une idée séduisante qui n’a toutefois pas produit les résultats espérés jusqu’à présent. En effet, même si les neurones greffés survivent, ils ne parviennent pas à recréer les circuits de neurones dopaminergiques essentiels au bon fonctionnement du cerveau. Une équipe internationale dirigée par Martin Lévesque, professeur à la Faculté de médecine et chercheur au Centre de recherche CERVO, pourrait bien avoir trouvé pourquoi. Dans un récent numéro de Nature Communications, les chercheurs proposent d’ailleurs une « recette » pour produire des neurones pouvant reconstituer les circuits de neurones détruits par le parkinson.

Rappelons que la maladie de Parkinson est causée par la mort de neurones qui utilisent la dopamine comme principal neurotransmetteur.

« Le cerveau humain renferme des milliards de neurones. De ce nombre, à peine 25 000 sont des neurones dopaminergiques. Ils représentent donc une très petite fraction de l’ensemble, mais ils ont des fonctions très importantes, notamment dans la régulation des mouvements et le contrôle des comportements comme la motivation, l’attention et la récompense », signale le professeur Lévesque.

Lire l'article complet du Fil