Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Cerveau à la folie, la nouvelle exposition du Musée de la civilisation

  • Neurosciences et santé mentale, Département de chirurgie, Département de psychiatrie et neurosciences, Département de réadaptation
Photo : Stéphane Audet, Icône
La découverte des synapses […] et la réalisation que même si l’activité du système nerveux est d’abord électrique, la communication entre les cellules est chimique, ça date d’à peine 50 ou 60 ans.

Trois professeurs de la Faculté ont collaboré à cette exposition d’envergure présentée jusqu’au 11 mars 2018

La nouvelle exposition Cerveau à la folie au Musée de la civilisation, lancée le mardi 16 mai 2017, a notamment été créée en collaboration avec le Centre de recherche CERVO du CIUSSS de la Capitale-Nationale, rattaché à la Faculté, ainsi qu’avec le laboratoire d’anatomie de la Faculté de médecine. Trois de nos professeurs ont fait partie du comité scientifique de l’exposition : Yves De Koninck, professeur au Département de psychiatrie et de neurosciences, Pascale Tremblay, professeure au Département de réadaptation, tous deux du Centre de recherche Cervo, et Éric Philippe, professeur au Département de chirurgie.

Cerveau à la folie permet de démystifier le fonctionnement du cerveau – notamment en illustrant, par 7 km de cordage, les 18 000 kilomètres que mesureraient toutes les connections entre nos neurones –, l’évolution de la recherche et les troubles neurologiques et psychiatriques, ce qui plaît beaucoup à Yves De Koninck. Dans une entrevue au Soleil, ce grand spécialiste du fonctionnement des neurones a souligné « qu’il était temps de briser les tabous autour de la santé mentale [… et voir] que ce sont des maladies corrigibles. » En guise d’exemple, il a mentionné l’épilepsie, un trouble autrefois incompris qui valait à ceux qui en souffraient d’aller en asile alors que ce trouble est traité efficacement de nos jours.

Selon Yves De Koninck, les neurosciences ont aujourd’hui le vent dans les voiles, puisque les découvertes en ce domaine connaissent une accélération marquée. Cette science est d’ailleurs toute jeune, rappelait-il au Soleil : « La découverte des synapses […] et la réalisation que même si l’activité du système nerveux est d’abord électrique, la communication entre les cellules est chimique, ça date d’à peine 50 ou 60 ans. »

Cette exposition propose à la fois rigueur scientifique, regard social et vision artistique afin de tisser des liens entre science et société. Des zones spécifiques, intitulées Mon cerveau et moi, ont été conçues pour les enfants de 8 à 14 ans et abordent : l’anatomie du cerveau, ses dysfonctions, le rôle des sens et la sensibilisation aux questions de santé mentale. 

Articles et vidéo sur l'exposition
Le cerveau détricoté (La Presse)
Musée de la civilisation : le cerveau décortiqué (JDQ)
Exposition : le cerveau dans tous ces états