Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

À la rescousse d'anciens combattants

Le chien d’assistance est entraîné pour réagir aux symptômes de stress post-traumatique lorsqu’ils se manifestent chez son maître. Il peut le calmer, l’aider à relaxer, créer une bulle de sécurité autour de lui et faciliter ses relations sociales. Photo: Adrian Wyld/Presse canadienne

Les chiens d'assistance améliorent la condition des vétérans atteints de stress post-traumatique

Les anciens combattants atteints du trouble de stress post-traumatique (TSPT) pourraient améliorer certains aspects de leur condition grâce aux chiens d’assistance. C’est ce que démontre une étude que la professeure Claude Vincent, du Département de réadaptation et du Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (CIRRIS), a présentée à l’occasion du 14e Congrès de l’Association for the Advancement of Assistive Technology in Europe, qui s’est déroulé la semaine dernière à Sheffield, au Royaume-Uni.

Rappelons que le TSPT se manifeste chez des gens ayant vécu des événements bouleversants qui ont mis en péril leur sécurité ou leur vie, ou celles d’autrui. Ces événements, qui leur ont causé une peur intense et un sentiment d’impuissance, hantent leur esprit provoquant de l’irritabilité, de la colère, des comportements d’évitement et de l’hypervigilance. Leur condition interfère avec les activités de la vie courante et peut causer de l’insomnie, diminuer la qualité de vie et conduire à la dépression. Au Canada, le nombre de vétérans atteints du TSPT est passé de 2 800 en 2004 à 9 900 en 2014.

Lire l'article complet du Fil