Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Une nouvelle piste pour le lupus

Les mitochondries présentes dans notre corps seraient les descendantes d'une espèce bactérienne. Lorsqu'elles se retrouvent à l'extérieur des cellules, notre système immunitaire réagit comme il le ferait avec un organisme étranger en produisant des anticorps. Cette réponse pourrait contribuer à l'apparition ou au développement du lupus.

Les mitochondries joueraient un rôle central dans l'apparition ou le développement de cette maladie auto-immune

Des chercheurs de l’Université Laval pourraient avoir cerné un mécanisme crucial dans l’étiologie du lupus, une maladie auto-immune dont la cause est présentement inconnue. En effet, dans une étude qui vient d’être publiée par Scientific Reports, les équipes des professeurs Paul R. Fortin et Éric Boilard, de la Faculté de médecine et du Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval, démontrent que la réponse du système immunitaire à la présence de mitochondries dans la circulation sanguine pourrait participer au développement de cette maladie, et peut-être même en être le déclencheur.

Rappelons que les mitochondries sont les centrales d’énergie de la cellule et qu’elles interviennent également dans la mort cellulaire. Elles seraient les descendantes de bactéries qui se sont intégrées aux cellules d’autres organismes il y a plus de 2 milliards d’années. Tout comme les bactéries, les mitochondries se multiplient en se subdivisant, elles sont entourées d’une double paroi et elles contiennent leur propre ADN de forme circulaire.

« Lorsque des mitochondries ou des composantes des mitochondries se retrouvent à l’extérieur de la cellule, le système immunitaire réagit comme il le ferait avec un organisme étranger en produisant des anticorps spécifiques », explique Éric Boilard.

Lire la nouvelle complète du journal Le Fil