Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Un pas vers l'immunothérapie contre la SLA

La formation d'agrégats de la protéine TDP-43 est l'une des manifestations de la SLA. Grâce à des anticorps, les chercheurs parviennent à réduire la formation de ces agrégats dans le cerveau de souris. Cette réduction s'accompagne d'une amélioration des performances cognitives et motrices chez ces animaux.

Une étude démontre l'efficacité d'un anticorps contre l'une des manifestations de la sclérose latérale amyotrophique

Une équipe de l’Université Laval vient démontrer l’efficacité, chez des souris, d’une nouvelle thérapie qui s’attaque à l’une des principales manifestations de la sclérose latérale amyotrophique (SLA). Dans un article publié par le Journal Of Clinical Investigations, les chercheurs expliquent comment ils sont parvenus à l’aide d’anticorps à réduire l’abondance des agrégats de protéines dans le cerveau d’une modèle animal de cette maladie.

Les travaux antérieurs de l’équipe de Jean-Pierre Julien, du Département de psychiatrie et de neurosciences et du Centre de recherche CERVO, avaient démontré que la protéine TDP-43 était surexprimée dans la moelle épinière de personnes souffrant de SLA. Cette surexpression entraîne la formation d’agrégats de TDP-43 dans le cytoplasmes des cellules nerveuses ainsi qu’une réponse inflammatoire exagérée qui augmente la vulnérabilité des neurones aux molécules neurotoxiques qui circulent dans l’organisme. Les chercheurs avaient aussi montré que la TDP-43 interagit avec la protéine NF-kB est, elle aussi, associée à plusieurs formes de SLA.

Lire la nouvelle complète du journal Le Fil

Sur le même sujet :