Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Que faire avec les parents opposés à la vaccination?

Les médecins n'ostracisent pas de leur pratique les personnes dont ils désapprouvent les habitudes de vie. Pourquoi le feraient-ils pour les personnes opposées à la vaccination? Le maintien d'une bonne communication patient-médecin est le principal facteur qui favorise un changement d'attitude par rapport aux vaccins.

Pour le bien des enfants et de la société, les médecins doivent résister à la tentation d'écarter ces personnes de leur pratique

Une enquête réalisée en 2016 a révélé que 12 % des pédiatres américains excluent de leur pratique les personnes qui refusent de faire vacciner leurs enfants. Devant la montée du phénomène d’hésitation à la vaccination en Amérique du Nord, les médecins canadiens pourraient être tentés d’imiter leurs collègues américains, mais il s’agirait d’une erreur, estime Eve Dubé, professeure à la Faculté de médecine et chercheuse au Centre de recherche de CHU de Québec-Université Laval. « Cette solution ne sert ni les intérêts des patients ni ceux de la société, constate-t-elle. Si l’on veut contrer le phénomène de l’hésitation à la vaccination, la meilleure approche consiste à maintenir une bonne relation patient-médecin. »

La professeure Dubé fait partie d’un groupe d’experts qui vient de publier un article de réflexion sur le sujet dans la revue Paediatrics & Child Health. « Au Québec, environ le tiers des parents éprouvent un malaise à l’idée de faire vacciner leurs enfants », rappelle l’anthropologue de la santé. Malgré cette hésitation à la vaccination, 81% des parents suivent tout de même à la lettre la couverture vaccinale recommandée, soit un taux comparable à celui observé aux États-Unis où la vaccination est obligatoire. « Les autres parents ne respectent pas le calendrier prévu ou bien la couverture vaccinale de leurs enfants est incomplète. Au bout du compte, moins de 2 % des parents québécois refusent tout vaccin pour leurs enfants », précise-t-elle.

Lire la nouvelle complète du journal Le Fil