Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Nouvelle chaire Nasivvik

Inauguration de la nouvelle Chaire de recherche Nasivvik en approches écosystémiques de la santé nordique.

La recherche pour la santé et le bien-être des peuples autochtones

En marge du Forum Santé Nord 2016, un événement unique qui rassemble aujourd’hui des spécialistes et des représentants des nations autochtones du Nord du Québec autour des grands enjeux de la recherche en santé des populations nordiques, l’Université Laval a inauguré la Chaire de recherche Nasivvik en approches écosystémiques de la santé nordique. La création de cette chaire de la Faculté de médecine a été rendue possible grâce au soutien financier du Réseau de centres d’excellence ArcticNet et des Affaires autochtones et du Nord Canada.

Cette nouvelle chaire tombe à point; elle survient dans un contexte de transformation rapide des écosystèmes nordiques et les peuples autochtones qui les habitent sont particulièrement vulnérables aux changements engendrés. Au fil des saisons, les communautés nordiques se nourrissent des aliments qu’ils récoltent dans leur entourage; ces aliments sont reconnus pour leur qualité exceptionnelle et leurs bienfaits sur la santé. Toutefois, des contaminants venant du sud voyagent avec les courants atmosphériques et marins jusqu’aux pôles, s’accumulent dans la chaîne aquatique et contaminent certains des animaux qui sont au cœur de leur alimentation. Par ailleurs, l’exploitation des ressources naturelles et les changements climatiques exercent des pressions grandissantes sur les milieux nordiques et présentent des risques pour la santé de ses habitants.

L’objectif de la Chaire est de développer des projets de recherche, en partenariat avec les peuples autochtones, pour comprendre les effets complexes des changements environnementaux sur la santé. « Nos travaux permettront d’agir en prévention et de promouvoir les écosystèmes nordiques comme des milieux de vie essentiels à la santé et le bien-être de leurs habitants. Notre mission est aussi de passer de la recherche en santé des populations inuites à la recherche avec les Inuits et, finalement, à la recherche par les Inuits », a expliqué Mélanie Lemire, titulaire de la Chaire, professeure adjointe au Département de médecine sociale et préventive de l’Université Laval et chercheuse à l’Axe Santé des populations et pratiques optimales en santé du Centre de recherche du CHU de Québec - Université Laval.

« Cette chaire de recherche s’inscrit dans le plan stratégique d’ArcticNet et répond à nos objectifs de développer la capacité de recherche en santé des populations nordiques au Canada et de contribuer à l’établissement de jeunes chercheurs nordiques de talent dans nos universités », a précisé Martin Fortier, directeur exécutif d’ArcticNet.

Cette innovation en recherche permet à l’Université Laval de poursuivre sa collaboration avec les populations nordiques, une collaboration qui lui est chère et qu’elle nourrit depuis les 50 dernières années. « La Chaire de recherche Nasivvik s’arrime parfaitement aux orientations de l’Université Laval en matière de santé durable et de responsabilité sociale. Elle permettra de contribuer au développement du thème de la santé et du bien-être des peuples autochtones », a conclu le vice-recteur exécutif et au développement, Éric Bauce.

Les collaborateurs de la Chaire sont le Centre Nasivvik pour la santé des Inuits et les changements environnementaux, la Régie régionale de santé et des services sociaux du Nunavik, le Comité de la nutrition et de la santé du Nunavik, l’Administration régionale Kativik, le Centre de recherche du Nunavik de la Corporation Makivik et la Commission de santé et de services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador.

Sur le même sujet Au service des communautés nordiques, Le fil, édition du 16 juin 2016