Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Marcher hiver comme été

  • Source : Le Fil, 9 janvier 2019
  • Santé des populations et pratiques optimales en santé, Département de chirurgie
Le Répertoire des sentiers hivernaux de Québec et de Lévis propose 25 sites où il est possible de pratiquer la marche de façon sécuritaire pendant la saison froide. L’un de ces sites, visité par les participants du projet Ça marche Doc!, est le parc de l’Escarpement dans l’arrondissement Les Rivières. Photo : Audrey Roberge

Le projet Ça marche Doc! lance un répertoire des sentiers hivernaux de Québec et de Lévis

Depuis septembre 2016, le projet Ça marche Doc! incite la population de la grande région de Québec à marcher davantage et à mieux connaître les liens qui unissent l’environnement urbain et la santé. Deux professeurs de l’Université Laval associés à ce projet viennent de faire un pas de plus en ce sens en lançant le Répertoire des sentiers hivernaux de Québec et Lévis.

Cet outil — disponible sur le Web et en version papier — est destiné aux citoyens désireux de profiter des bienfaits de la marche même pendant la saison froide. Il se veut aussi un guide auquel peuvent se référer les médecins qui souhaitent encourager la pratique de la marche chez leurs patients.

« La marche est l’un des meilleurs moyens pour lutter contre l’obésité, le diabète et les maladies cardiovasculaires, souligne Paul Poirier, professeur à la Faculté de pharmacie et cardiologue à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec. Il faut marcher hiver comme été. L’activité physique traite plus de 30 maladies chroniques, c’est le meilleur médicament qui soit. »

L’idée de créer un répertoire des sentiers hivernaux de marche a mûri dans l’esprit de Louise Provencher, professeure à la Faculté de médecine et chirurgienne-oncologue au CHU de Québec – Université Laval. Cette spécialiste était au fait des nombreuses études qui démontrent que l’activité physique diminue le risque de cancer du sein ainsi que le risque de récidive de ce cancer.

« Malheureusement, moins de 13 % des femmes atteignent l’objectif de 150 minutes d’activité physique par semaine. De plus, j’ai remarqué dans le cadre de ma pratique que beaucoup de femmes qui sont actives l’été cessent de l’être durant l’hiver pour des raisons de sécurité, craignant les trottoirs glacés, par exemple. »

Lire la nouvelle complète du Fil