Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

La clé des portails santé

Les portails tels que Carnet santé Québec permettent aux citoyens de consulter les résultats de leurs tests médicaux. Les critiques croient que beaucoup de patients n'ont pas les capacités de comprendre ces résultats. « C'est votre corps, c'est votre santé et si vous voulez ces informations, vous devriez être en mesure de les avoir », estime Holly Witteman.

Pour être efficaces, les portails santé doivent réussir à traduire des données médicales complexes en information pratique pour les usagers

Il y a 47 ans, un éditorial paru dans le British Medical Journal soulignait les dangers de la mise en marché de tests de grossesse maison. L’article faisait valoir que les femmes étaient incapables d’en interpréter correctement les résultats et que l’intervention d’un professionnel de la santé était essentielle pour les éclairer sur la question. Les temps ont bien changé et personne n’oserait tenir un tel discours aujourd’hui. Pourtant, les mêmes arguments sont aujourd’hui mis de l’avant par les gens qui s’inquiètent de l’arrivée des portails santé, ces sites Web qui, comme Carnet Santé Québec, permettent aux citoyens de consulter les résultats de leurs tests de laboratoire et d’imagerie médicale.

Holly Witteman ne partage pas ce point de vue. La professeure de la Faculté de médecine, chercheuse au Centre de recherche du CHU de Québec – Université Laval et au Centre de recherche sur les soins et les services de première ligne de l’Université Laval, reconnaît que les données des tests médicaux sont complexes, mais elle croit que cet obstacle ne doit pas freiner l’accès aux informations médicales personnelles.

« C’est votre corps, c’est votre santé et si vous voulez ces informations, vous devriez être en mesure de les avoir. C’est incroyablement paternaliste de ne pas fournir ces données aux patients qui les réclament », estime la chercheuse.

Lire la nouvelle complète du journal Le Fil