Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Jamais trop tard pour changer de vie

Un programme de modification des habitudes de vie améliore significativement la condition des personnes ayant une maladie coronarienne

Les personnes atteintes d’une maladie coronarienne peuvent-elles espérer une amélioration de leur condition si elles modifient leurs habitudes de vie? Sans l’ombre d’un doute, suggère une étude qui vient de paraître dans la revue Metabolic Syndrome and Related Disorders. Cette étude, réalisée par une équipe de l’Université Laval, montre qu’une intervention d’une durée d’un an ciblant l’alimentation et l’activité physique permet d’atténuer certains facteurs de risques de complications cardiaques et d’améliorer la capacité cardiorespiratoire des participants.

Les chercheurs de la Faculté de médecine et de la Faculté de pharmacie rattachés au Centre de recherche de l’Institut universitaire en cardiologie et en pneumologie de Québec ont testé cette intervention auprès de 53 sujets. Ces hommes, âgés de 42 à 76 ans, souffraient d’une maladie coronarienne qui avait nécessité un pontage. Ils avaient aussi une dysfonction systolique du ventricule gauche, une condition qui augmente le risque de complications cardiovasculaires. « Plusieurs d’entre eux affichaient un surpoids ou souffraient de diabète ou de prédiabète. Ils étaient donc très malades au départ », résume la cardiologue Marie‑Eve Piché, première auteure de l’étude.

Lire la nouvelle complète du journal Le Fil