Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Épauler l’épaule

L’application de ruban kinésiologique a permis une augmentation de 11 % de la distance entre deux structures osseuses qui entrent en jeu dans les tendinites et les bursites à l’épaule. Photo : Fábio Carlos Lucas de Oliveira

L'application de ruban kinésiologique modifie une composante mécanique de cette articulation

Accroissement du soutien anatomique, amélioration de la circulation sanguine, modulation des signaux proprioceptifs, effet placebo, les hypothèses avancées pour expliquer le mode de fonctionnement du ruban kinésiologique (ou K-tape) sont nombreuses, mais il existe bien peu d’études scientifiques pour les appuyer. Une équipe du Département de réadaptation et du Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation et réintégration sociale (CIRRIS) vient de publier dans Clinical Biomechanics une étude démontrant qu’un taping bien fait modifie la distance entre deux structures osseuses qui entrent en jeu dans les douleurs de l’épaule.

L’équipe dirigée par le professeur Jean-Sébastien Roy a recruté 22 personnes souffrant d’une tendinopathie chronique de la coiffe des rotateurs. « Il s’agit d’un terme qui regroupe les tendinites ou les bursites de l’épaule, explique le professeur Roy. Chez les gens qui en souffrent, la distance entre la tête de l’humérus (l’os du bras) et l’acromion (le prolongement externe de l’omoplate) est réduite lorsqu’ils lèvent le bras, ce qui pincerait les muscles et les tendons qui se trouvent dans cet espace. »

Lire la nouvelle complète du journal Le Fil