Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Combattre les préjugés par le théâtre

Dans cette scène, le dentiste se montre très condescendant envers sa patiente bénéficiaire de l'aide sociale parce que, selon lui, elle aurait mal entretenu son partiel. Photo: Louise Leblanc

La pièce Pauvre, pauvre respect du Théâtre Parminou interpelle les professionnels de la santé et les étudiants

On le sait, les personnes en situation de pauvreté doivent souvent affronter le regard méprisant, condescendant ou accusateur des soignants. Ces citoyens vivent fréquemment des situations difficiles en rencontrant des professionnels de la santé, alors que leur manque de moyens financiers limite déjà leurs activités et mine leur santé mentale et physique. Une coalition d’organismes, qui regroupe notamment Centraide, le CIUSSS de la Capitale-Nationale, la Ville de Québec et l’Université Laval, tente justement de combattre les préjugés portant sur la pauvreté et l’exclusion sociale.

Des étudiants issus de plusieurs facultés, notamment celles de Médecine et de Pharmacie, ont participé à l’écriture de la pièce de théâtre Pauvre, pauvre respect, illustrant ces stéréotypes. Interprétée par la troupe du Théâtre Parminou, la pièce — qui interpelle plus précisément les professionnels de la santé et les étudiants — a été présentée pour une première fois le 20 février au Théâtre de la Cité universitaire.

Dans une scène, un jeune homme d’allure punk se tord de douleur devant une infirmière des urgences, qui ne cache pas sa répulsion. De but en blanc, elle lui demande ce qu’il a inhalé ou consommé. « Rien, réplique Trash, le personnage, j’ai une infection après m’être fait installé un piercing! » Cet échange illustre bien la réalité des barrières socioculturelles qui se créent parfois entre deux mondes aux antipodes l’un de l’autre. Ce type d’incompréhension amène l’infirmière à formuler un jugement reposant seulement sur des stéréotypes, tandis que le principal concerné va peut-être hésiter la prochaine fois avant de consulter.

Lire la nouvelle complète du journal Le Fil