Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

Avec élégance

C. elegans est un ver transparent de 1 mm de longueur. La plupart des individus possèdent les deux sexes et peuvent s'autoféconder. Chez un même spécimen, on peut donc voir les gamètes, les œufs fécondés et les embryons à différents stades de développement, comme sur une chaîne de montage.

Grâce au nématode C. elegans, des chercheurs démontrent une nouvelle fonction des microARN

Il y a 25 ans, des chercheurs de l’Université Harvard rapportaient pour la première fois l’existence de courts segments d’ARN – les microARN – qui modulaient la synthèse de protéines en interférant avec les ARN messagers chez le nématode C. elegans. Depuis, la présence de ces microARN a été confirmée dans la très grande majorité des êtres vivants – tous ceux dont les cellules possèdent un noyau –, notamment chez l’humain où ils interviennent dans l’expression de près de 60 % des gènes.

Un quart de siècle après leur découverte, les microARN livrent un nouveau pan de leur mode de fonctionnement, cette fois encore grâce à C. elegans. Dans un article publié le 20 septembre par la revue Developmental Cell, le professeur Martin Simard et les étudiants-chercheurs Alexandra Dallaire et Pierre-Marc Frédérick, de la Faculté de médecine et du Centre de recherche du CHU de Québec – Université Laval, déboulonnent une idée reçue en biologie cellulaire en faisant l’élégante démonstration de l’existence d’une fonction inattendue des microARN chez ce nématode.

Lire la nouvelle complète du journal Le Fil