Logo Université Laval Logo Université Laval Logo Université Laval

Détail de la nouvelle

À chaque moustique son code-barres

Il existe plus de 3 000 espèces de moustiques dans le monde et il est parfois difficile de les distinguer à partir de leurs caractéristiques morphologiques. Le code-barre génétique constitue une solution rapide et efficace à ce problème. Photo : GBohne

Des outils génomiques pourraient simplifier l'identification des insectes piqueurs qui transmettent des maladies infectieuses

Il existe plus de 3 000 espèces de moustiques dans le monde et il faut s’armer de patience pour les distinguer à partir de leurs caractéristiques morphologiques. Aussi fastidieuse soit-elle, cette identification est parfois cruciale étant donné que certaines espèces sont des vecteurs de maladies graves comme la malaria, la dengue ou les infections causées par le virus du Nil occidental ou par le virus Zika. Des chercheurs de la Faculté de médecine rattachés au Centre de recherche du CHU de Québec – Université Laval et leurs collaborateurs iraniens proposent une solution à ce problème: accoler un code-barres génétique à chaque espèce. Les détails de leurs travaux sur la question sont présentés dans une étude publiée récemment par la revue PLOS One.

Le code-barres génétique est un outil pratique et rapide pour identifier une espèce à partir de courts segments de son ADN. Le défi consiste à trouver une section du génome qui soit commune aux spécimens d’une même espèce tout en étant suffisamment diversifiée pour que l’on puisse y recourir pour distinguer des espèces, explique Nariman Shahhosseini, premier auteur de l’étude. Le stagiaire postdoctoral a fait équipe avec Trina Racine et Gary Kobinger, de l’Université Laval, et trois chercheurs iraniens pour tirer parti des code-barres afin d’identifier des espèces de moustiques d’Iran. Certaines de ces espèces transmettent le virus du Nil occidental et d’autres pas.

Lire la nouvelle complète du journal Le Fil